OAW

Le travail de l'avocat. Le point de vue de l'universitaire

Beaussonie, Guillaume (2019) Le travail de l'avocat. Le point de vue de l'universitaire. In : Sur les routes de la drogue Roussel, Gildas and Roux-Demare, François-Xavier (eds.) Institut Universitaire Varenne. Series “Colloques & Essais” pp. 125-131. ISBN 978-2-37032-207-4

Full text not available from this repository.

Abstract

Que pense un universitaire du travail de l’avocat dans le cadre du repérage des trafiquants de drogue ? La question est doublement iconoclaste : d’abord, parce que l’universitaire ne touche ni à la drogue, ni à ceux qui en font le trafic ; ensuite, parce qu’il lui semble que le travail de l’avocat est de défendre les trafiquants, plutôt que de les repérer.
Sur ce dernier point, pour le principe, rappelons donc simplement que, malgré – ou, inversement, à cause de – sa position particulière, l’avocat fait partie de ces professionnels qui sont soumis à une obligation de déclaration de soupçon de blanchiment, du moins dans une certaine mesure. Car, précisément, en matière juridictionnelle – donc notamment en matière pénale, en ce compris tout ce qui concerne la lutte contre le trafic de stupéfiants –, tel n’est pas le cas sauf, bien entendu, à ce que l’avocat participe lui-même à une opération de blanchiment ; mais c’est alors un tout autre problème !
L’avocat est, bien évidemment, avant tout celui qui défend celui qu’un autre – dont c’est la fonction – soupçonne. De ce point de vue, et à condition de laisser de côté l’indispensable part humaine de la chose – laisser cela de côté, n’était-ce pas, en effet, ce qui était attendu du regard froid de l’universitaire que nous sommes ? –, il nous semble que l’essentiel se trouve dans les potentialités défensives qui résident dans le droit construit en matière de trafic de stupéfiants.
Ce qui pourrait sembler paradoxal puisque, ce droit s’inscrivant au sein des innombrables procédures spécifiques du code de procédure pénale – le fameux livre IV consacré aux « quelques procédures particulières » –, il est l’un de ceux qui donnent aux enquêteurs plus de pouvoirs et, parallèlement, qui laissent à l’avocat moins de possibilités.
Toutefois, outre qu’un bon avocat est celui qui sait que rien n’est jamais perdu d’avance, toute procédure, fût-elle la plus intense, comporte ses faiblesses, qu’il semble alors légitime et opportun pour le défenseur d’exploiter.

Item Type: Book Section
Language: French
Date: March 2019
Keywords (French): Trafic de stupéfiants, Défense pénale, Nullités
Subjects: A- DROIT > A5- Droit pénal > 5-1- Droit pénal – Procédure pénale
Divisions: Institut des Études Juridiques de l'Urbanisme et de la Construction (Toulouse)
Site: UT1
Date Deposited: 24 Apr 2019 09:25
Last Modified: 24 Apr 2019 09:25
URI: http://publications.ut-capitole.fr/id/eprint/32373

Actions (login required)

View Item View Item