Catalogue prosopographique - Les gens de finances millavois (1356-1461)

Garnier, Florent (2002) Catalogue prosopographique - Les gens de finances millavois (1356-1461). [Dataset] (Unpublished)

[img]
Preview
Text
Download (734kB) | Preview

Abstract

La rédaction d’un catalogue prosopographique des gens de finances millavois nous est apparue utile pour trois raisons. Tout d’abord, la rédaction de fiches biographiques doit rendre plus proche au lecteur ces hommes, rencontrés dans les sources millavoises, et qui sont l’objet de note étude. Ensuite, nous avons crû bon de présenter, pour une des premières fois, les personnes qui sont intervenues dans la gestion financière d’une ville. Ce travail, enfin, est une invitation à de futures recherches tant les registres notariés millavois renferment de nombreuses données relatives à la situation familiale et patrimoniale, entre autres, des gens de finances . Si notre travail peut servir à d’autres chercheurs, qui s’intéressent au consulat de Millau au bas Moyen Age ou qui poursuivent une étude institutionnelle à partir de la seconde moitié du XVe siècle, alors il n’aura pas été vain. La période retenue, 1356-1461, permet de saisir nombre de gens de finances (50 consuls boursiers et 344 gens de finances particuliers). Les limites chronologiques ont néanmoins été dépassées lorsque cela a été rendu possible. Les informations ont été relevées principalement dans la série CC des Archives municipales de Millau , en particulier dans les comptes des boursiers. Des sondages dans les registres notariés de la série 3E, conservés aux Archives départementales de l’Aveyron (A.D.A.), ont également été effectués. Chacun des éléments relevés a permis la constitution d’une base de données (I). Des notices ont été rédigées à partir de ces dépouillements pour chacune des personnes. Elles ne prétendent pas à l’exhaustivité. Chacun des deux groupes a fait l’objet d’une présentation différente qu’il convient d’expliciter. La mise en forme des résultats recueillis dans la base de données mérite de retenir l’attention . Aussi, il nous a semblé éclairant de distinguer les consuls boursiers (II) des gens de finances particuliers (III).

I. – En raison de l’hétérogénéité de la population étudiée et de son importance, la constitution d’une base de données s’est imposée. L’utilisation de l’informatique s’avère aujourd’hui une démarche habituelle en ce domaine. Après quelques tâtonnements et erreurs, nous avons construit, à partir du logiciel ACCESS 97, une base de données simple, qui répond à la problématique choisie à partir des sources disponibles . Elle s’articule autour d’un fichier principal dans lequel une fiche et une seule a été établie pour chaque personne. Des liens ont été ensuite créés entre ce fichier et quatre autres consacrés à des thématiques particulières (les gens de finances ayant ou non une fiche dans chacun d’eux suivant les informations collectées). Deux centres d’intérêts ont pu être renseignés, l’activité financière des gens de finances et leur patrimoine. Un fichier détaille en premier lieu les fonctions exercées. A chaque charge occupée correspond une fiche distincte, une même personne peut alors avoir plusieurs fiches. Les informations regroupées dans le fichier « Charges » ont trait à la nature des fonctions, la période d’activité, les modalités d’attribution (régie, ferme, cor e cor ), les conditions d’exercice (rémunération, caution, problèmes rencontrés lors de leur gestion). Le fichier principal, consacré aux individus, permet de replacer l’activité financière de la personne concernée dans son cursus honorum. Les autres renferment les informations relatives au patrimoine des gens de finances afin de les situer dans la hiérarchie des fortunes millavoises. A chacun des compoix conservés pour le XVe siècle, l’un de 1444 et l’autre de 1452, correspond un fichier particulier. La composition et l’évolution de la fortune mobilière et immobilière sont ainsi connues. Pour le compoix de 1444, tous les feux estimés ont été recensés dans la base de données afin de mieux saisir la place des gens de finances dans la société. Il nous est également apparu intéressant d’essayer de poser la question de l’évolution de leur patrimoine. Quelques informations sont disponibles pour certains gens de finances. Une estimation de biens en 1419, pour laquelle un fichier a été créé, et les deux compoix du milieu du XVe siècle peuvent ainsi être utilisés. Les informations relatives à la vie privée, à la formation universitaire, aux professions, ou aux liens familiaux apparaissent parfois dans les registres consulaires et des sondages effectués dans les archives notariées. Elles ont été relevées chaque fois que cela a été permis.

II – Le groupe des 50 consuls boursiers n’est pas le plus nombreux mais son existence justifie à elle seule son individualisation des autres comptables tant il contribue à éclairer l’institution des trésoriers urbains au bas Moyen Age. La liste établie à partir des formules introductives des comptes consulaires a été complétée par d’autres personnes qui ont assumé de façon temporaire la seule charge de boursier au titre de remplaçant (11 cas) . Lorsqu’une personne a exercé la fonction de trésorier ainsi que la levée de l’impôt direct, indirect ou de toute autre charge, on lui a consacré une seule notice. Son nom apparaît simplement à titre de rappel dans la deuxième partie du catalogue parmi les gens de finances particuliers. La rédaction des fiches biographiques s’est inspirée de précédents travaux . Elles présentent diverses données. Outre l’identité du boursier, les informations relatives à son activité de consul permettent de retracer sa carrière au sein de l’administration municipale. La troisième rubrique nous renseigne sur son parcours financier, comme collecteur ou pour la gestion de fermes d’impôts, d’institutions charitables ou de travaux urbains. Les voyages effectués en tant que boursier sont également précisés. L’avant dernier point fait état de sa situation sociale, familiale et patrimoniale. Les biens des consuls, détaillés dans le compoix de 1444, sont regroupés dans un tableau. Parfois, au regard des informations disponibles, l’évolution de leur patrimoine a été précisée. Quelques données bibliographiques ont parfois pu être recueillies . Elles sont limitées en raison de la qualité modeste des personnes étudiées. Chaque notice regroupe ainsi cinq rubriques. A l’intérieur de celles-ci, les informations sont présentées de manière chronologique. Les fiches se présentent sous la forme suivante :

A - Identité du personnage, avec variantes du nom, dates.
B - Carrière consulaire : entrée aux conseils de l’Esquille et Secret, dates d’élection aux charges consulaires, en particulier comme boursier ou remplaçant du boursier.
C - Carrière financière : dates d’exercice des fonctions de boursier, voyages au titre de trésorier de la ville, autres fonctions financières.
D – Activité professionnelle, situation familiale, patrimoine.
E - Bibliographie.

III – Les 382 gens de finances particuliers des années 1356-1361 font l’objet d’une présentation différente de celle adoptée pour les consuls boursiers. Il ne s’agit pas tant de détailler l’ensemble des données qui se rapportent à leur vie que de mettre en lumière l’évolution de leurs fonctions financières. Les données recueillies pour chacun d’eux sont présentées de manière chronologique afin de répondre à la question de savoir si l’exercice de charges financières constitue une voie d’accès à la carrière consulaire. La recension de ce groupe prend appui sur les sources comptables et fiscales. D’autres documents ont été consultés. Par exemple, un registre des dettes du consulat détaille les prêts forcés qui pèsent sur certains Millavois. En outre, les références au compoix de 1444 permet de replacer ces comptables dans la société. Des difficultés sont apparues en relation avec l’identité de quelques gens de finances. Les problèmes d’homonymie ou de longévité de certains comptables ont suscité des interrogations quant à l’existence d’une seule ou de deux personnes. Des incertitudes subsistent pour certains, tant leur longue présence peut paraître parfois surprenante. Nous avons pris le parti de les mentionner chaque fois qu’un doute n’a pu être dissipé. Enfin, des tableaux récapitulatifs présentent les personnes qui ont connu de la gestion d’un même impôt pendant les années 1356-1461.

Item Type: Dataset
Language: French
Date: December 2002
Subjects: A- DROIT > A2- Histoire du droit
Divisions: Centre Toulousain d'Histoire du Droit et des Idées Politiques - CTHDIP
Site: UT1
Date Deposited: 25 Nov 2015 13:17
Last Modified: 18 Oct 2017 15:20
URI: http://publications.ut-capitole.fr/id/eprint/18815

Actions (login required)

View Item View Item